Dans l’esprit de beaucoup de personnes qui méconnaissent l’école à la maison, elle serait un problème pour la sociabilisation. Il s’agit là d’un a priori sans fondements : c’est en réalité tout l’inverse pour la plupart des enfants scolarisés en famille, comme le démontrent à la fois de nombreuses études à travers le monde, mais aussi les témoignages des parents ou amis de parents d’enfants scolarisés à domicile.

Les études disent toutes la même chose : c’est tout le contraire !

Les études de divers universitaires arrivent à la conclusion que les enfants non scolarisés ont une meilleure image d’eux-mêmes que les groupes d’enfants scolarisés étudiés, qu’ils participent à autant d’activités “extra-scolaires” et autres activités développant des qualités de “leadership”, et qu’ils ont moins de problèmes de comportement en groupe que les scolarisés étudiés (1). Une étude autrichienne comparant un groupe d’enfants scolarisés et un groupe d’enfants éduqués dans des écoles alternatives ou à la maison a donné des résultats similaires (2).

Enfin, les adultes ayant été éduqués à la maison considèrent, à plus de 3/4, que leur éducation hors école les a aidés dans leurs rapports avec des personnes de tous niveaux de la société. 96% de ces adultes ne regrettent pas d’avoir été éduqués hors école (3). Une étude anglaise de Julie Webb, en 1990, présente des conclusions similaires.

Il ne faut pas non plus confondre sociabilité d’un enfant et socialisation. De plus, si un enfant scolarisé en famille souffre de ne pas avoir assez d’amis, les parents peuvent tout à fait se poser la question de le remettre à l’école pour cette raison.

Un témoignage personnel

Jean-Baptiste et Marie Maillard, fondateurs de notre association, témoignent :

“Quand, il y a 10 ans, avec mon épouse, nous avons commencé l’école à la maison pour nos garçons, beaucoup nous ont demandé si nous n’avions pas peur de les désocialiser. Nous les avons inscrits au Conservatoire de musique régional et à de nombreuses autres activités culturelles et sportives. Aujourd’hui, ces mêmes personnes nous affirment que nos enfants sont devenus tout le contraire de ce qu’ils avaient imaginé : des garçons qui ont le contact très facile, qui n’ont pas peur d’aller vers n’importe quel adulte – même des inconnus – pour leur poser une question ou simplement discuter. Chez nos amis, ils sont aussi des leaders dans les jeux avec les enfants de leur âge. Ce serait donc une erreur de croire que les familles qui font l’instruction à domicile passent leur vie enfermées à la maison, c’est en réalité tout le contraire, avec une large ouverture donnée aux enfants sur le monde qui les entoure.”


Notes

(1) Source : Larry Shyers, Thomas Smedley, Home School Researcher, Volume 8, n° 3

(2) Source : Bildungsforschung des Bundesministeriums für Unterricht und Kunst. Kinder an Alternativ-une Regelschulen. Ein Vergleich. Vienne, 1993– Etude menée par le Ministère de l’éducation et l’Institut des recherches interdisciplinaires.)

(3) Source : Gary Knowles, 1993, USA.

 

Laisser un commentaire